Dépasser nos résistances au changement

Le monde est en perpétuel mutation, nos repères sont constamment bouleversés, questionnés, voire invalidés. Que ce soit au niveau des méthodes de travail, des repères familiaux, des accidents de la vie… sans cesse les choses changent, et sans cesse nous sommes confrontés au changement.

photo-1506518415472-08fd7eae4a75Pourtant, et sans grande conscience, nous tentons sans cesse de maintenir en l’état ce qui nous convient, ce qui nous rassure, ce qui constitue notre zone de confort et de sécurité. 

Nous cherchons le bonheur, et c’est bien naturel, mais visiblement nous nous y prenons mal… en effet, nous recherchons le bonheur stable et définitif en nous attachant à des êtres, des situations, des relations qui, de fait, sont impermanentes !

L’impermanence

Souvent, lorsque nous réfléchissons à l’impermanence, nous l’abordons par le biais de ce qui cesse. Mais l’impermanence n’est pas uniquement ce qui cesse, elle est l’expression de ce qui débute, de ce qui, d’instant en instant, se transforme et évolue. Elle est l’expression même du vivant. Elle est vie !

photo-1496867557017-559adb93b339Comment un effet pourrait se produire si tout était statique ? Comment pousserait une graine si elle ne se transformait pas d’instant en instant ? Comment un enfant deviendrait adulte sans transformation ?

Nous pourrions citer ainsi une multitude de situations que nous vivons quotidiennement et qui sont l’expression même de l’impermanence. 

Nous nous vivons comme une entité séparée du reste, indépendante et, au cœur de l’expérience, nous nous inscrivons dans la pérennité. Or nous sommes composé d’un corps et d’un esprit, interdépendants et impermanents.

Notre corps est un congloméra composé d’os, de muscles, d’organes, de nerfs, etc. Notre corps se transforme, les cellules se renouvellent constamment. Notre esprit est une succession d’instants, et nos états d’esprit changent sans cesse en fonction des différentes situations auxquelles nous sommes confrontés. 

Nous sommes de fait le fruit de nombreuses causes et circonstances.

Notre présence dans ce monde est également l’expression de l’interdépendance. Pour que nous naissions, il nous a fallu deux parents, qui eux-mêmes ont eu des parents, qui eux-mêmes… etc… Réfléchissant ainsi, nous prenons conscience que notre vie s’inscrit en dépendance des êtres qui nous ont précédé depuis des temps immémoriaux.

Par ailleurs, si nous pensons à la multitude d’êtres qui sont intervenus dans notre vie depuis notre naissance, nous ne pouvons que constater que de nombreuses personnes nous ont apporté savoirs, connaissance, sécurité, amour, amitié… pour devenir ce que nous sommes aujourd’hui. 

photo-1526979272661-f2849f9fc0b7Dit autrement, alors que nous nous vivons comme une entité, autonome et pérenne, nous sommes en fait un composé interdépendant et impermanent ! Si tout est composé, tout est interdépendant, et tout est impermanent. Il n’est rien qui existe en soi, par soi, et de façon pérenne. 

Ces aspects de notre réalité nous échappent, nous ne les prenons pas réellement en considération et de ce fait, nous avons beaucoup de mal à accepter le changement, les pertes, les transformations dont nous ne voulons pas. 

Apprivoiser le changement

Pour nous, le changement est acceptable, voire bienvenu, quand il répond à nos attentes. Mais quand ce qui advient ne nous convient pas, nous dérange, nous blesse peut-être, nous déstabilise de fait, nous résistons et avons du mal à retrouver une stabilité intérieure. 

Cependant, nous n’avons aucune prise sur les circonstances extérieures. Notre seule porte d’accès pour ne plus résister au changement et limiter mal-être, insatisfaction et souffrance, est de changer notre rapport à l’impermanence. 

photo-1455729552865-3658a5d39692Réfléchir à cet aspect de notre réalité, apprivoiser et accompagner le changement, non pas « parce qu’on ne peut pas faire autrement », mais parce que l’impermanence est notre réalité. Parce que résister est vain. Parce qu’accepter le mouvement permet d’y répondre de façon adaptée. Parce que seul l’accueil de ce qui se vit permet d’avoir une meilleure vision de la situation.

Cela demande adaptabilité, souplesse, cela nous invite à regarder la réalité pour ce qu’elle est, et de faire de l’impermanence une alliée afin d’amener notre rapport au changement au chemin. 

Un commentaire sur “Dépasser nos résistances au changement

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :